Les techniques …

Vasectomie … Opération dite « définitive » bien qu’il existe une opération de réversibilité (la reperméabilisation ou vasovasostomie), cette réversibilité n’offre pas plus de 25 % de chance de réussite (grossesse chez la partenaire).

L’intervention consiste comme le montre le schéma ci-dessous à couper ou ligaturer les canaux déférents.

Différentes techniques, différents résultats (voir article sur les résultats et conséquences)

Schéma de modification corporelle

 Les techniques ... Avant+vasectomie           Apr%25C3%25A8s+vasectomie

 

Les différentes techniques

Deux techniques de vasectomie existent : la méthode dite « classique » et celle dite « sans bistouri » (parfois appelée technique chinoise et aussi, de façon erronée, technique au laser). La différence principale entre ces deux méthodes est la façon par laquelle on va chercher le canal et non comment on bloque les canaux. Par conséquent, il n’y a aucune différence au niveau de leur efficacité.

La méthode classique

 Vasectomie+classique

La méthode classique, consistait habituellement à faire 2 incisions de 2-3 cm (une de chaque côté du scrotum, « le sac »). On devait ensuite faire des points de suture pour refermer la peau.

Elle est encore majoritairement pratiquée en France avec une incision moins importante (1 à 2 cm) selon les praticiens.

   

La vasectomie sans bistouri

 Vasectomie+chinoise

La vasectomie sans bistouri fut inventée en Chine en 1974 et introduite au Canada en 1992. Grâce à la mise au point de deux instruments chirurgicaux spécialement conçus à cette fin, on peut faire une seule incision beaucoup plus petite au centre du scrotum. L’accès aux canaux par le centre du scrotum est encore moins traumatique (1 seule incision dans une zone moins vascularisée : hématomes réduits)

Les avantages de la technique sans scalpel sont:

       ·  la procédure prend moins de temps

       ·  la récupération est plus rapide

       ·  il n’y aucun point de suture

       ·  il y a moins de douleur et d’enflure

       ·  il y a moins de risque de complications

Pour bloquer les canaux

Plusieurs méthodes permettent l’occlusion des canaux (les boucher). La ligature (attacher), la cautérisation (brûler), l’excision (enlever un bout), le clampage (installer une agrafe) et l’interposition de gaine (fermer un bout avec son enveloppe) s’offrent au chirurgien. Plusieurs études démontrent que la cautérisation adjointe de l’interposition de la gaine augmente l’efficacité de l’occlusion (cette dernière peut permettre de ne pas obstruer le canal côté testiculaire laissant s’écouler les spermes et évitant ainsi une pression dans l’épididyme qui peut être douloureuse)

Blocage des canaux déférents lors de la VASECTOMIE

Coupe du canal déférent et de son enveloppe tissulaire

Résection d’un tronçon du canal et cautérisation par fil chauffant

 

 ligature+deferents+2

cette cautérisation peut être remplacée par une ligature par suture filaire en un ou plusieurs points sur chacune des extrémités du canal sectionné

Fascial Interposition aponévrotique (ou enveloppement de l’extrémité du déférent ventral dans l’enveloppe tissulaire du canal assurant un meilleur isolement). Cette méthode bien que moins répandue car demandant un travail plus long (4/5 minutes supplémentaires par canal) est la plus sure. La cautérisation du canal, puis la cautérisation ou le clampage par agrafe du canal dans son enveloppe tissulaire apportent une plus grande sécurité face à la re-canalisation spontanée 

        

La vasectomie « ouverte » (« open-end »)

 open+end

Cette technique répandue en Asie et au Canada semble présenter avec des années de recul l’avantage de laisser échapper dans le scrotum les spermatozoïdes évitant ainsi une surpression dans l’épididyme, les douleurs chroniques dues au surpressions, voire les infections épididymite.

Elle est à conseiller pour ces raisons, néanmoins il semble que la libération dans le scrotum des spermatozoïdes soit selon certaines étude à l’origine du développement d’anticorps responsable de l’arrêt de production des spermatozoïdes dans des délais très variables selon les patients observés. Cette méthode est encore peu utilisée par les chirurgiens Français qui préfèrent pour la sécurité de leur intervention fermer les deux extrémités.

L’anesthésie :

En France deux écoles : Anesthésie LOCALE ou GENERALE

Alors que la vasectomie peut être réalisée sous anesthésie locale, en chirurgie ambulatoire, de nombreux chirurgiens préfèrent l’anesthésie générale, plus lourde de conséquence, plus onéreuse …

ZENKYO |
INSTALLATION INFIRMIER LIBERAL |
Le regime pour tous |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Alix-ton
| tzalic
| Acupuncture sans aiguilles:...