Navigation | Ils ont choisi une « contraception définitive » (Article : TopSanté)

Dernières photos

  • Album : Album BORIS
    <b>J+07</b> <br />
  • Album : Sebastien 22 mois après
    <b>CoteDroit22mois1000</b> <br />
  • Album : OI
    <b>OI ph1</b> <br />

Derniers commentaires

Mots clés

chirurgie contraceptive choisir sa contraception contraception contraception-chirurgie-sterilisation contraception definitive Contraception masculine COUPS DE GUEULE ! Deferent ligature deferents sterilisation masculine Urologie vasectomie Vasectomie France vasectomie irreversible

Méta

Ils ont choisi une « contraception définitive » (Article : TopSanté)

 

Ils ont choisi une « contraception définitive »

Article : TOPSANTE (Cliquez ici pour le lire sur le site TOPSANTE)

La stérilisation est une alternative à la contraception quand on estime que la famille est au complet.

Témoignages: Ils ont choisi une "contraception définitive"

La stérilisation à visée contraceptive

Adieu stérilet, pilule et préservatif ! Certains couples font le choix de se mettre définitivement à l’abri d’une grossesse en choisissant la stérilisation. Cette démarche qui reste peu habituelle est soumise à des règles strictes. La loi du 4 juillet 2001 relative à la contraception autorise la stérilisation à visée contraceptive chez toute personne majeure capable de donner un consentement éclairé, quels que soient son âge, le nombre de ses enfants et l’avis de son conjoint. Pour les hommes, une seule technique : la vasectomie, une intervention mécanique qui coupe le lien entre l’usine de fabrication des spermatozoïdes (testicules) et le lieu de stockage (vésicules séminales). Les femmes ont à leur disposition deux méthodes qui consistent à obstruer les trompes afin d’empêcher la rencontre entre l’ovule et les spermatozoïdes. L’intervention visant à la stérilisation doit être pratiquée dans un établissement de santé, après une information complète et objective, un délai de réflexion de quatre mois et un consentement écrit du demandeur. Elle est remboursée par l’Assurance maladie (100% pour la ligature des trompes et la procédure Essure™, 80% pour la vasectomie). Le forfait hospitalier et les éventuels dépassements d’honoraires restent à la charge du patient ou de sa mutuelle. Cet acte est en principe irréversible même si, à titre exceptionnel, certaines femmes peuvent bénéficier d’une reperméabilisation des trompes, mais sans garantie de succès.

 

Blanche, 39 ans, mère de 5 enfants

« La méthode de l’implant m’a semblé la plus simple » « J’y pensais depuis longtemps. J’en avais déjà parlé à mon mari lorsque nous avons eu notre quatrième enfant, mais il ne se sentait pas prêt, il avait envie d’être père à nouveau. Alors j’ai négocié le petit dernier contre une contraception définitive. Je ne supportais pas bien la pilule, j’étais déprimée, la libido en berne. Quant au stérilet, il me provoquait des règles anarchiques et mon mari affirmait le sentir lors des rapports sexuels, ce qui nous gênait tous les deux. J’en étais donc venue à envisager une solution catégorique. Sans cette technique, j’aurais sans doute choisi de me faire retirer l’utérus Comme je n’étais pas informée des différentes possibilités, j’étais prête à me faire retirer l’utérus et les ovaires, mais un médecin m’a dit que cela entraînerait la ménopause avec bouffées de chaleur, etc. Mon gynécologue m’a parlé de la procédure Essure™, en me précisant que j’entrerais à l’hôpital le matin et que je pourrais reprendre mes activités dans l’après-midi. Je n’ai pas hésité longtemps. J’ai même trouvé le délai de réflexion de quatre mois très long, sans doute parce que j’étais convaincue depuis longtemps. Finalement, la décision a été plus difficile pour mon mari que pour moi. Tout s’est bien déroulé, dix à quinze minutes ont suffi. Ce n’est pas plus douloureux qu’un frottis. Trois mois plus tard, une radiographie, puis une échographie, ont confirmé que la cicatrisation s’était bien faite. J’ai enfin pu abandonner la pilule et depuis je n’y pense absolument plus. »

 

Laure, 36 ans, mère de 2 enfants

« Je me suis fait ligaturer les trompes. Depuis, je suis tranquille » Pendant dix ans, je n’ai pas eu de contraception, laissant faire la nature. Après quatre fausses couches avec hémorragie, le médecin m’a dit qu’une nouvelle grossesse pourrait mettre ma vie en danger. Je ne peux pas prendre la pilule en raison de problèmes hépatiques et, avec le stérilet, j’ai eu une infection. Alors mon gynécologue m’a proposé la ligature de trompes. C’est une intervention définitive, la décision n’est pas facile à prendre « J’ai essayé la procédure Essure™, mais mon utérus très rétroversé a rendu le passage de l’implant impossible et douloureux. Pas de chance, cela n’arrive que dans 2 à 4% des cas! Il ne me restait donc plus que la ligature des trompes par cœlioscopie. Moralement, je m’étais préparée, je savais que c’était une intervention sans retour possible. Bien sûr, ce n’est pas une décision facile à prendre, on se demande si on ne va pas regretter plus tard… Dans mon cas, l’avis médical m’a aidé à sauter le pas. L’intervention s’est bien déroulée, ensuite je n’ai ressenti aucune douleur dans le bas-ventre, juste quelques tiraillements musculaires. En revanche, je suis restée trois jours à l’hôpital, car j’ai réagi fortement à la cœlioscopie, avec douleurs intestinales (à cause du gaz injecté) et baisse de tension. Depuis, tout va bien et je suis tranquille. »

 

Marc, 42 ans, père de 3 enfants

« J’ai opté pour la vasectomie, car ma femme avait beaucoup donné côté contraception. » Aucune pilule ne convient à ma femme et elle supporte très mal le stérilet. Il y a deux ans, elle est tombée enceinte. Nous n’avons pas gardé cet enfant non désiré, mais nous ne voulions plus prendre de risque. Elle aurait pu se faire ligaturer les trompes, mais j’ai pensé que c’était à mon tour de prendre le relais. Nous en avons parlé tous les deux et nous avons pris cette décision ensemble après mûre réflexion. Nous avons bien sûr envisagé toutes les situations qui pourraient éventuellement me conduire à regretter, notamment un changement de conjointe ou le décès de l’un de nos enfants. Mais j’étais sûr de moi. L’opération s’est bien passée et n’a pas altéré ma sexualité J’en ai parlé avec un ami vasectomisé et cela m’a conforté dans ma décision. Le jour de l’intervention, le médecin m’a beaucoup rassuré et tout s’est très bien passé. Les injections d’anesthésie ne sont pas très agréables, mais ensuite nous avons discuté. Je suis sorti une heure plus tard, lesté d’un bon paquet de compresses. J’ai ressenti une légère douleur les jours suivants, mais les incisions ont très vite cicatrisé. Aujourd’hui, on ne voit plus rien et cela n’a jamais altéré ma sexualité. Une nouvelle vie a commencé pour nous »

Par Admin du Blog le 17 mars, 2014 dans Non classé

  1. Compliment, c’est un regale de vous suivre

    Commentaire by Aperçu de ce site Web — 23 mars 2014 @ 12 h 17 min

  2. Vous faites bien d’écrire ce genre d’article, c’est de l’info utile

    Commentaire by visiter — 23 mars 2014 @ 20 h 49 min

ZENKYO |
INSTALLATION INFIRMIER LIBERAL |
Le regime pour tous |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le Alix-ton
| tzalic
| Acupuncture sans aiguilles:...